Entre liberté d'expression et droit à l'information

Publié le par Elisa

La montée des tabous est de plus en plus flagrante à l’aube de cette année 2007, la liberté d’expression est en danger, ce fait réel ne peut qu’affecter le métier du journalisme.

 

Affaire des caricatures de Mahomet fin 2005, discours critique envers l’Islam de Benoît XVI en septembre 2006, censures fréquentes de la Chine sur le site Google, et plus récemment le cas de Robert Redeker, ces évènements illustrent ostensiblement, parmi tant d’autres, la régression de la liberté d’expression. Un lourd paradoxe pèse à l’heure actuelle : de quelle manière jouir de ce droit de liberté d’opinion, théoriquement inaliénable en démocratie, sans heurter la sensibilité d’autrui. On l’a constaté ces dernières années, les limites sont difficiles à établir. En effet, comment réagir à des propos qui nous ont atteint personnellement et prôner dans un même temps la liberté d’expression tel un pouvoir accessible à tous.

Ce dilemme concernant le droit d’expression ne peut qu’immanquablement porter atteinte à la profession du journaliste. Enquêter, analyser, sélectionner les faits actuels afin d’informer au mieux le lecteur sur son environnement est une fonction qui ne peut s’exercer que si le journaliste dispose d’un minimum d’autonomie et de liberté.

Les faits sont là, ces douze derniers mois se révèlent tragiques pour ces chercheurs de l’information : 81 journalistes tués, 32 collaborateurs des médias ont trouvé la mort au cours de l’année 2006. Nous reste en mémoire l’assassinat tragique de la journaliste Anna Politkovskaïa en Russie, symbole de la menace qui plane sur le métier de la presse et du danger de la progression de la censure.

Le second problème, venant s’ajouter à la dangerosité du métier, est la relation du journalisme avec son lecteur. La liaison du pouvoir médiatique et politique a suscité la méfiance des lecteurs quant à la qualité de l’information. La polémique sur le statut de Béatrice Schoenberg au JT de France 2 et la récente démission de Marie Drucker à France 3, toutes deux en relations intimes avec des politiques caractérisent la volonté de séparation des deux pouvoirs. Une redéfinition du rapport médias/population s’avère essentiel afin de racheter la crédibilité et la confiance des citoyens.

 En cette année 2007 particulièrement, nous entrons dans un contexte où le rôle des médias apparaît indispensable. L’évolution du conflit en Irak, la situation conflictuelle au proche orient, les élections présidentielles en France…les évènements à venir se révèlent capitaux pour l’évolution de l’ordre international et de la gestion de notre gouvernement. Les citoyens français, concernés directement par ces transformations futures, seront probablement appelés à suivre l’actualité de manière plus intense.

Reste désormais à savoir si les professionnels de l’information se montreront à la hauteur à ces nouveaux enjeux complexes en cette année à venir, effaçant le bilan désastreux de 2006.

[Image: Caricature de Mahomet du jounal danois Jyllands-Posten]

Publié dans Médias et Culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article