Le fléau de la prostitution

Publié le par Elisa

Les chiffres officieux et alarmants de la prostitution en république populaire de Chine relancent le débat sur le tabou de ce commerce sexuel.

 

                                                           

        Dans une indifférence totale, la prostitution n’a cessé de croître ces dernières années en Chine, à tel point que la présence de prostituées à chaque coin de rues des grandes villes est devenue banale. Les chiffres déclenchent l’alarme, le nombre de prostituées se situant entre 15 et 20 millions (les statistiques varient), la traite sexuelle est en phase de devenir l’un des commerces les plus florissant de la république populaire de Chine, rapportant 6% au PIB du pays selon l’économiste Chinois Yang Fan.

En dépit de cette progression inquiétante, il est utile de rappeler que ce commerce demeure interdit, d’après le code chinois en vigueur, qui prohibe toutes les activités de groupes criminels organisés ainsi que les activités de prostitution. Dès 1949, le parti communiste chinois, déterminé à éradiquer cette forme de commerce, a engagé toute une série de répressions à l’encontre de la prostitution. Néanmoins, l’arrivée du gouvernement de Deng Xiaoping, à tendance plus laxiste, exerçant un contrôle moins rude sur la société, a permis une nouvelle extension du phénomène. Cependant, la répression persiste et les prostituées restent la cible d’humiliation publiques, de traques par la police ou de sanctions judiciaires lorsqu’elles sont démasquées. C’est pourquoi paradoxalement, l’accroissement de la prostitution reste un élément tabou en Chine, où la population puis les médias nationaux et locaux ferment les yeux sur ce phénomène pourtant manifeste.

Dans un pays comme la Chine où la prostitution est théoriquement bannie, la majorité de l’opinion estime que la légalisation d’un tel commerce est intolérable et indigne tant il représente une dégradation pour la condition des femmes (majoritaires dans ce type de réseaux, même si on y compte également des hommes et des enfants).

            Le commerce sexuel clandestin est donc un phénomène évident, qui vient poser la problématique de la légalisation de la prostitution. Contrairement à des pays où les relations sexuelles rémunérées s’avèrent indignes et illégales (tel l’Iran, le Corée du Sud, l’Arabie saoudite par exemple), d’autres pays adoptent une législation et transforme ce genre de commerce en une réelle activité professionnelle rémunérée. Tel est le cas de la France, l’Allemagne, l’Espagne et d’autres nombreux pays d’Europe et du monde. Dans ces Etats, on fait face à un autre type de problème, la modernisation et l’intensification du trafic d’êtres humains. Le mondial 2006 en Allemagne avait prouvé ce fait, où les associations contre la prostitution s’étaient alarmées pour l’arrivée exceptionnelle de prostituées spécialement pour l’évènement, dans ce pays où vendre son corps reste légal. C’est une réalité, une banalisation de la prostitution a été opérée et a donné naissance en conséquence à un nouveau type d’industrie sexuelle. Désormais, là où la prostitution n’est plus clandestine, les réseaux de la prostitution sont de plus en plus sophistiqués grâce à Internet, qui permet de « vendre » aisément et de faciliter le commerce pour les proxénètes. De plus, pour certaines prostituées, le métier devient une véritable activité de « luxe », les clients ciblés étant des hommes riches et jet set, les jeunes filles atteignent un statut aisé et voyagent de plus en plus en vue de dénicher les meilleurs clients.

       A l’heure actuelle où le droit international demeure primordial, la législation concernant la prostitution est souvent peu clairement établie ou mal respectée. Bon nombre d’organisations de défense des droits de l’homme continuent leur lutte pour l’abolition de tels trafics, une réglementation plus stricte, ou de meilleures conditions de travail pour les prostituées. Quoiqu’il en soit la polémique reste grande dans de nombreux Etats doit-on légaliser ou abolir le commerce sexuel ?

Publié dans Economie et Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

HélÚne 16/01/2007 22:09

Voilà un article qui mérite qu'on s'y attarde...Je trouve que ce sujet est d'une grande importance, surtout pour nous, qui sommes des femmes, il serait vraiment honteux de fermer les yeux sur ce trafic humain qui n'est pas tolérable, en omettant d'en parler...Et en ce qui concerne la question de savoir si l'on doit légaliser ou abolir ce fléau...Moi je pense que l'abolir  totalement serait impossible pratiquement, tu parles certainement d'abolition au niveau théorique, juridique? N'est-ce pas?