Débat sur la peine de mort

Publié le par Elisa

          La peine de mort est-elle acceptable ? Entre les réticents qui condamnent cette pratique à 100%, les favorables qui considèrent que cette peine est légitime et les égarés, qui se disent « non, mais dans certains cas…c’est peut être mieux, le débat est complexe.

 

            Le 13 décembre 2006, aux Etats-Unis le condamné à mort Angel Nievez Diaz pour le meurtre d’un gérant de bar, décède dans d’atroces souffrances faute d’une injection létale ratée. Ce drame émeut une partie de l’Amérique. Fin 2006, le feu dictateur irakien Saddam Hussein et ces deux co-accusés Barzan Al Tikriti et Awad Al Bandar sont condamnés à la pendaison pour crime contre l’humanité, quelques jours plus tard leur peine est exécutée. Cette affaire divise la communauté internationale.

 

 

Ces deux situations, fortement médiatisées, ravivent le débat sur l’abolition ou non de la peine capitale.

 

Actuellement au centre des polémiques, ce problème de la peine de mort est complexe à résoudre. Pour beaucoup, il est totalement illégitime de tuer un être humain, peu importe l’ampleur de la faute commise, car on devient alors nous-mêmes des bourreaux. Probablement, les tenants de tels propos ne peuvent pas imaginer être confrontés à la situation dramatique qu’est l’assassinat (qui plus est parfois très sordide) d’un proche. En effet, en faisant preuve d’empathie, il est assurément difficile d’accepter que le meurtrier d’un être aimé puisse vivre alors qu’il a (volontairement ou non) sacrifié une vie. D’autre part, comment être sûr dans tous les cas que le condamné est coupable du meurtre qu’on lui incombe ? Rappelons que ces dernières années aux Etats-Unis, 120 condamnés furent sauvés du couloir de la mort, faute de doutes planant sur leur culpabilité.

 

Quoi qu’il en soit, le choix d’une telle légitimation est rude, à l’heure actuelle, on constate que c’est l’abolition de la peine de mort qui convainc une majorité d’esprits. On note qu’aux Etats-Unis, la peine capitale est remise en question, en France, une loi sera prochainement votée au sénat pour inscrire l’abolition de la peine de mort dans la constitution, enfin le 3 février se termine, à Paris, le troisième congrès mondial contre la peine de mort, Benoît XVI ainsi que d’autres personnalités s’opposent fermement à cette mesure.

 

Pour certains la peine de mort reste un crime, pour d’autres elle permet de soulager les proches des victimes, le dilemme est difficile à trancher, surtout si l’on prend en compte les circonstances atténuantes. Toutefois, si la peine capitale doit être abolie, elle doit l’être dans le monde entier et ne doit pas faire l’objet d’exceptions, ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui.

Publié dans Economie et Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article