Le Troisième Homme

Publié le par Marty

A la tête de l’Union démocratique français (UDF), François Bayrou débarque dans un registre où on ne l’attendait véritablement pas. La crédibilité.

 

     Auréolé de 12 à 15% d’intentions de votes selon les instituts de sondages, F. Bayrou fait son « coming out ». Plus sûr de lui, l’image du Bayrou caricaturé avec humour par Les Guignols, se fait de moins en moins sentir. Les français estiment à 55% qu’il serait bon qu’il soit présent au second tour de l’élection présidentielle le 9 mai. Parallèlement, celui qui se plaint à tort et à travers de la centralisation médiatique autour des partis traditionnels qu’incarnent N. Sarkozy et S. Royal, se place à contrario comme le plus vu, le plus entendu, de tous les candidats à l’élection, ces dernières semaines, sur les institutions médiatiques du territoire. Même la télévision américaine s’est intéressée à lui.

     Feu rédacteur en chef du Grand Journal de Canal +, invité de la première heure de la nouvelle émission dominicale de M6, Cinq ans avec, et de passage obligatoire la semaine dernière sur le A vous de juger d’Arlette Chabot. M. Bayrou est partout. Les français n’en démordent pas, seuls 46 % d’entre eux estiment qu’il a la carrure suffisante pour devenir leur nouveau président. Oui, mais voilà. Ce chiffre a doublé en l’espace de trois mois, depuis qu’il s’est déclaré candidat à l’élection présidentielle en novembre. Celui qui est plus paysan que Bové, autant social que Royal, et aussi téméraire que Sarkozy, se pose en alternative moins dangereuse que la voix Le Pen. Sa volonté d’associer les clivages gauche – droite a de quoi être alléchante.

Manque-il de charisme ?

     Probablement. Mais dans une élection présidentielle où les cous bas fusent, où les bourdes fustigent ici et là, sa simplicité séduit et se montre crédible. Utopiste et combatif, Bayrou a maintenant les cartes en main. Le ralliement de « people » comme Vincent Lindon et Patrick Sebastien, ou plus journalistiques tel Alain Duhamel, renforcent sa popularité. Et ce n’est pas un moindre mal.

Publié dans France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article