Sous l'emprise des FARC

Publié le par Elisa

            Le triste anniversaire de cinquième année de détention de l'otage française Ingrid Betancourt par la guérilla colombienne des FARC, jusitife une intrusion dans le monde mystérieux des combattans de l'ombre.

 

 

                « Tirofijo » (tir précis) le surnom du terrifiant chef des FARC (forces armées révolutionnaires de Colombie), n'a pas fini de faire frémir les Colombiens dans leurs « résidencias ».

 

Pedro Antonio Marin (alias Tirifijo) est assisté par son bras droit « Mono Jojoy » (Jorge briceno) et cinq autres compères. A eux sept, ces tyrans composent le groupe de résistance armée le plus vieux au monde. Forgé dans les années 60 dans l'ambiance hostile de  la Violencia (guerre civile de 1948 à 1963) en Colombie, l'association des FARC était au départ une milice paysanne d'autodéfense.

 

               Affublé d'une image d'armée menaçante et très dangeureuse, les rebelles marxistes profitent de leur position dominante pour soumettre la population colombienne à un climat de terreur.

 

               6719 kidnapping entre 1999 et 2006, un record  effrayant pour cette guérilla qui entend fermement s'opposer au gouvernement d'Alvaro Uribe. Pour chaque otage libéré, les rebelles ont touché entre 100 millions et un milliard de pesos, accumulant ainsiune petite fortune, de quoi faire pâlir les groupes illégaux insurgés du monde entier.

 

                Comme Ingrid Betancourt, de nombreux otages ont subi les conditions de vie atroces infligées par les FARC, toutes les victimes libérées, heurtées à vie, dénoncent les humiliations morales, l'impression de n'être qu'une vulgaire marchandise, l'état de folie due à la drogue massive intégrée dans la nourriture... Nul doute que les FARC ont au fil des années appris à exercer des méthodes précises pour éviter  la rébellion de leurs otages.

 

                Figure désormais célèbre en  France, Ingrid Betancourt  a lutté contre le trafic de cocaïne qui ravage encore aujourd'hui le pays, candidate écologiste à la présidentielle, elle fut capturée lors de la période pré électorale. Personnalité politique, elle constitue un otage précieux pour les FARC. La cas de l'otage fait polémique en france, sa famill, en particulier sa fille Mélanie, révoltée, tente par tous les moyens de secouer le gouvernement français afin qu'il agisse après tant d'années.

 

                Alvaro Uribe, le président de Colombie, se dit prêt à un dialogue avec le groupe extrêmiste, après avoir proposé une opération musclée qui avait terrifié les familles des victimes.

 

                Quoi qu'il en soit la guérilla marxiste, enracinée et indestructible, garde de nombreux détenus, ce qui empêche toute action brutale et placent les gouvernements dans l'impasse. Espérons que les prisonniers restants, simples objets de négociation, seront bienôt libérés et qu'ils ne seront pas affecté par le paradoxal syndrôme de Stockolm...

Publié dans International

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

cyril 02/03/2007 00:59

tro for